Accès adhérent Je suis adhérent CSA et je connais mes codes d'accès, compléter le formulaire ci-dessous et cliquer sur "Connexion" :

Mot de passe oublié
Retour

AVIS DE DECES

du 14/04/2018 au 30/04/2018 -


Une grande dame de la cynophilie vient de nous quitter

Sans bruit, Jeannette LARIVE vient de nous quitter, en pleine préparation de l'exposition de Pau qui ouvre ses portes dimanche 15 avril. Tout le comité de la Société Centrale Canine est très ému par cette disparition brutale et présente ses sincères condoléances à son époux Jean-Claude ainsi qu'à toute sa famille ainsi que ses proches.

Jeannette LARIVE

Humble, modeste et toujours impeccable dans son geste comme dans sa parole, elle avait cette distinction et cette classe à part, qui faisaient d'elle, une Grande Dame. Entrée en cynophilie depuis de longues et riches années, elle formait un couple inséparable avec son mari Jean-Claude. Que ce soit dans un ring, en réunion ou lors d'une cérémonie officielle, ce couple répondait toujours présent, avec tact et en ayant toujours le "bon mot" au "bon moment". Jeannette avait été "sous le charme" du berger de Brie qu'elle éleva de façon familiale sous l'affixe DE LA PALOMERA. Elle rédigea plusieurs monographies sur les races canines dont l'une sur le Berger de Brie avec un coauteur de renom, Bernard WEBER. 

Elle fut également l'une des pionnières de la sélection du Chien Nu du Mexique mais ces dernières années, elle avait jeté son dévolu sur le plus britannique des petits chiens de compagnie, le Cavalier King Charles qui l'accompagnait dans tous ses déplacements. Juge internationale  réputée dans plusieurs groupes, elle occupait également différentes fonctions dans la cynophilie, notamment, elle présidait aux destinées de l'Association Canine Territoriale des Pyrénées Atlantiques. Elle était également vice-Présidente du CCCE (Club du Chihuahua, du Coton du Tulear et des Exotiques), club qui gérait une de ses races de prédilection, le chien nu du Mexique. 

Si le briard avait beaucoup compté dans sa vie cynophile, un autre berger français, le Berger Picard, faisait également partie de ses favoris et elle ne manquait sous aucun pretexte la nationale d'élevage du Club des Amis du Berger Picard présidé par son mari. 

Infatigable, toujours prête à répondre aux nombreuses sollicitations, elle ne ménageait ni son temps ni sa peine, pour que tout se déroule le mieux possible. Elle avait également d'autres passions et c'est avec une immense tristesse que nous avons appris son départ brutal dans sa 78ème année.